vendredi 5 septembre 2014

Merhaba!

Voilà maintenant presque 3 semaines que nous sommes en Turquie, et nous n'avons encore rien écrit sur ce pays dans lequel on se sent si bien ! Lisez plutôt !

Après le passage de la frontière, poussés par un vent à décorner les bœufs vers le premier village Turc, Ipsala, notre objectif est de trouver un coin pour planter la tente avant que l'orage ne s'abatte sur nous. C'est donc ici que nous testons pour la première fois l'entraide des Turcs à notre égard. En effet, sur notre carte le camping indiqué n'existe plus ou alors n'a jamais existé ! Les premières gouttes tombent lorsqu'un monsieur nous indique un endroit pour poser la tente : un parc avec des jeux pour enfants en plein centre ville, cernés par les HLM !!

Ni une ni deux, la tente est montée devant quelques admirateurs du haut de leurs balcons avant que le déluge nous tombe dessus ! Nous nous réfugions sous un abri où nous cuisinerons tranquillement.
Le vent, ayant balayé tous les nuages, nous gratifie d'un superbe coucher de soleil ! Première nuit sans soucis et surtout sans moustiques en Turquie !

Levés 1 heure après le chant du Muezzin (5h du mat'!!), nous enfourchons nos montures avec l'idée d'emprunter les petites routes. Le vent est de nouveau présent mais cette fois-ci, il est contre nous. C'est avec peine que nous roulons sur des routes non asphaltées et en évitant de passer trop près des chiens sauvages. 


Au loin Kesan, mais avant nous testons nos premières tôles ondulées sur lesquelles nous effectuons nos 4000 kilomètres !


Deux choix s'offrent à nous, les petites routes ou une sorte d'autoroute où les vélos sont autorisés à rouler. Nous n'aurions jamais du prendre cette deuxième option qui s'est avérée être monotone et dangereuse. En gros, imaginez une route droite longue de 35kms où, au loin, vous pouvez apercevoir votre objectif du jour, avec un vent de face qui vous oblige à rouler à 10km/h sur une bande d'arrêt d'urgence certes large mais inintéressante.


Marie flanche juste avant d'arriver à Malkara. Hypoglycémie et moral au plus bas, elle parvient tout de même à s'écarter juste à temps lorsqu'un bus la double par le mauvais côté. Il faut vite quitter cette route de malheur et trouver un coin pour bivouaquer. Une sorte de terrain herbeux tout près des habitation sera l'endroit choisi !
Ces deux derniers soirs, nous avons dû ressortir les pantalons et les doudounes. Et oui, car lorsque le soleil s’éteint à l'horizon, la fraîcheur et l'humidité prennent le relais ce qui nous effraie un peu pour la suite de notre voyage, car nous sommes seulement au mois d'Août !

La nuit a porté conseil car pour la suite nous rayons catégoriquement cette grosse route afin de privilégier les petites s'enfonçant dans la campagne !
Enfin ce que nous n'avions pas prévu c'est qu'après avoir fait 100 mètres, le pneu arrière de Marie se retrouve à plat ! Malédiction, et dire que certains voyageurs n'ont jamais crevé durant leurs périples ! Cette fois-ci, nous ne tordons pas le pneu et avec calme, nous trouvons l'origine de la crevaison et la réparons en un temps record, observés par quelques personnes !


La campagne s'avère moins monotone que l'autoroute, les camions y sont toujours présents mais font attention en nous doublant ! Les collines s’enchaînent ainsi que des étendues immenses de champs de tournesols.


Nous nous arrêtons dans un petit village pour acheter à manger pour le midi lorsque nous nous faisons héler par trois personnes à une terrasse d'un café ! On ne le sait pas encore, mais nous venons de découvrir l'accueil turc avec le fameux « çai », thé local ! Heureusement, notre lexique turc permet de nous faire comprendre avec quelques mots !
De retour sur la route, nous ne comptons plus les coups de klaxons nous encourageant nous redonnant un peu de punch avant d'arriver à Hayrabolou. 


Changement de décor, ici, ça grouille de partout, les camions côtoient les tracteurs ainsi que les charrettes tirés par des chevaux. Les gens sont très avenants et s'inquiètent de savoir si nous avons besoin d'aide. David part faire les courses, et pendant ce temps je suis invité à boire le çai par un monsieur, travaillant dans l'aviation et parlant un très bon anglais ! Lorsque David arrive, il se fait également servir un thé ! Le monsieur nous conseille de faire un tour dans le « pazar » (marché) pendant qu'il gardera nos vélos !
Nous déambulons entre les beaux étals de fruits et légumes. A deux reprises, les marchands ne nous feront pas payer ce que nous prenons !
Sortis de la ville, nous poserons notre tente dans un champ où nous surplombons la ville. 


Ce soir, nous changeons notre menu pour une galette de blé, sauce tzatziki, aubergines accompagnées de saucisses, tomates et poivrons ! Un régal !



Le lendemain, nous devons éponger toute l'humidité qui a trempé la tente. De retour sur nos petites routes de campagne, nous croisons nos premiers oiseaux migrateurs, à savoir, des cigognes décrivant de grands cercles dans le ciel. 


25 kilomètres plus loin, nous cédons à l'appel du çai et faisons connaissance avec nos premiers Kurdes, chauffeurs de camions. Immédiatement après qu'ils soient partis, les autres Turcs ne se cachent pas pour nous dire que ce peuple représente un danger dans leurs pays...
Il est bientôt midi et malgré les petites cacahuètes offertes par les gens du café, notre ventre grogne assez vite et nous trouvons refuge à l'ombre, dans la première station service, où nous sommes accueillis à bras ouverts par le pompiste et un autre homme plein d'entrain. Ce dernier est un monsieur d'origine bulgare, qui prend David à part pour lui indiquer le chemin jusqu'à Istanbul avec un petit croquis ! Quant à moi, vu que je ne suis pas conviée à la discussion d'hommes, je m'occupe de préparer la salade ! C'est la deuxième fois que nous entendons dire que notre choix de passer par les petites routes et de monter par le Nord d'Istanbul est un bon choix, ouf ! Le monsieur débordant d'énergie, va même jusqu'à nous chercher de l'eau et du pain au village pour agrémenter notre salade !
Arrivés à Muratli, nous trouvons un Internet café pour envoyer quelques nouvelles afin de rassurer toute la famille de notre bonne arrivée en Turquie !
En sortant, nous nous faisons aborder par des jeunes, travaillant dans une pâtisserie, qui nous offrent de beaux cornets de glace ! Nous passons un moment avec eux et nous communiquons en utilisant Google translate. Et bien, parfois ça donne de drôles de phrases ! Nous leur achèterons quelques spécialités pour notre dessert de ce soir.


La sortie de la ville s'avère assez dangereuse car le bas côté où nous roulons est pleins de gravillons et le trafic est très dense. Heureusement, nous bifurquons assez vite et nous posons la tente dans un champ. Depuis aujourd'hui le vélo de Marie a commencé à faire un bruit anormal, je regarde donc le vélo de plus près pour chercher l'origine du craquement. Nous verrons finalement par la suite que ça vient du moyeu arrière, probablement mal serré.

Mais quelle odeur nauséabonde !! Cette fois-ci, ce n'est pas nos intestins qui sont déréglés mais c'est bien dehors qu'une odeur d’œuf pourri émane. Nous enfourchons donc vite nos vélos, afin de trouver un coin plus agréable pour manger notre petit déjeuner. Un banc près de la mosquée du village s'avère idéal. Un groupe de jeunes filles voilées pouffent de rire en nous voyant faire une lessive au robinet de la mosquée ! Elle n'osent pas croiser le regard de David mais je les aborde et discute un moment avec elles.
A midi, le ventre creux, nous posons notre bâche dans un champ à l'ombre. Un troupeaux de vaches guidé par leur maître, slaloment entre nos deux bâches et nos vélos pour aller boire à l'abreuvoir tout près ! Le vacher vient vers nous et s'adosse à un tronc d'arbre pendant que nous mangeons notre salade !


Sachant que des amis nous rejoignent à Istanbul pour début Septembre, nous ralentissons la cadence car nous disposons de 15 jours pour effectuer moins de 300kms !
Non loin de Sarray, dans le village de Cukuyurt, Marie déniche notre ange gardien, Senol, qui nous hébergera pendant deux jours ! 
Il gère un Internet café où nous atterrissons dans l'idée de poster notre nouvel article ! C'est là que ça devient comique ! Nous n'arrivons même pas à regarder nos mails car une dizaine de jeunes viennent discuter avec nous et nous offrent pastèques, jus de fruit, eau fraîche tout au long de la soirée, sans que nous n'ayons rien demander !
Senol est très heureux de nous accueillir chez lui, d'ailleurs il nous laissera son lit ! Cela fait depuis la Croatie que nous n'avons pas dormi dans un lit, je ne vous raconte pas notre bonheur ! Senol vit avec son père et sa sœur, divorcée et mère d'un petit garçon, c'est elle qui s'occupe de toute la maison, en plus de son travail à l'usine. Elle nous prend notre linge sale et nous tend deux serviettes pour qu'on aille se doucher ! Juste après, nous sommes conviés à partager leur repas ! Le père, attristé par le décès de sa femme, noie son chagrin dans la religion en allant prier à la mosquée à chaque appel du Muezzin.
Nous retrouvons Senol à l'Internet café jusqu'à sa fermeture où nous trinquerons avec des bières une fois le commerce fermé. Auparavant nous ferons skype avec les parents à Marie et Senol fera ainsi leur connaissance !

Le lendemain, Senol nous propose d'aller nous baigner ensemble dans la Mer Noire ! Vue que rien ne presse, nous acceptons et restons donc une nuit de plus chez lui ! Senol a confié la gestion de l'internet café à un jeune du village pour la journée. Il a donc droit à un jour de vacance mérité car sinon il travaille tous les jours. Un bus nous amène à Kiyikoy, petit port de pêche, où nous apercevons pour la première fois la Mer Noire. 


Elle ne s'avère pas très propre mais nous passons un bon moment en compagnie de notre hôte.



Senol parle quelques mots d'anglais et nous essayons d'apprendre quelques mots de turcs jour après jour. Eh bien, pendant ces deux journées, malgré la barrière de la langue, nous aurons réussi à communiquer, à rigoler, à nous comprendre et à nous raconter pleins de choses avec si peu de mots !
De retour à la maison, nous faisons un peu plus connaissance avec sa sœur qui nous a de nouveau préparé à manger. Elle nous lit l'avenir dans le marc de café !


Le lendemain, nous nous disons au revoir avec grand regret. Merci à cette famille au grand cœur !

Nous reprenons la route en direction de Safaalan dans le but d'aller dans un camping noté sur OSM.
C'est en fait un endroit aménagé pour que les gens puissent venir pique-niquer en famille. Nous resterons deux jours dans cet endroit, appelé « Piknik Alani », pour nous reposer et ne pas arriver trop vite à Istanbul. Ces endroits ont l'avantage d'avoir un petit confort, un peu comme au camping, et d'être vraiment bon marché, donc c'est parfait pour nous !


Les proprios sont des gens charmants et nous invitent à manger avec toute la famille le soir alors que nous venons de finir notre repas ! 


Nous ne pouvons visiblement pas refuser, mais finalement nous ne pensions pas que notre estomac aurait aussi facilement accepté ces deux repas enchaînés !

La journée suivante, Marie ira envoyer plusieurs dizaine de demandes Warmshowers pour Istanbul pendant que je ferai le montage vidéo de la Croatie. Le soir nous mangerons une Corba (soupe de pois) ainsi qu'un plat de Köfte (boulettes de viande) accompagné d'un Ayran (yaourt salé que l'on boit avec le repas). Et oui, nous nous mettons à apprécier la cuisine turc !

Le ventre de David n'a pas trop apprécier les épices ou autre chose mais il s'est vidé 3 fois cette nuit et est un peu patraque ce matin lorsque nous reprenons notre route en direction de Gümüspinar où il y aurait un autre « Pikinik Alani ». En fait nous tombons dans une ville d'alcooliques, bizarre pour des musulmans ! C'est assez glauque. Un monsieur, probablement ravagé par l'alcool, tourne autour de nous en claquant des mains... Finalement ce sont les chiens sauvages les plus normaux dans ce village on dirait ! 


Le soir, à la tombée de la nuit, plusieurs personnes se retrouvent pour boire leurs bières en contrebas mais ne nous embêtent pas.

Nous ne nous attarderons pas ici, et levons le camp le lendemain pour filer vers Durusu. Le vent, ne l'oubliez pas, ne nous a pas lâché entre temps ! La vitesse chute à 7km/h et pourtant nous donnons tout ce que nous avons...
Nous tombons de nouveau sur une route à 6 voies mais contrairement à l'autre, celle ci est quasi déserte, d'ailleurs on se pose la question de son utilité.


Au loin, nous apercevons pour la deuxième fois la Mer Noire et quelques villages en contrebas. C'est à Durusu que nous bifurquons pour tomber de nouveau dans un Piknik Alani, désert mis à part deux chiens. La proprio, arrivera quelques minutes plus tard et nous fait signe de nous asseoir sur deux chaises où nous restons un moment à attendre l'arrivée de son mari et de son employé. Il est 15h, mais nous avons l'impression que la proprio prépare à manger comme si, elle savait que nous allions arriver. Même si nous n'avons pas très faim, nous partageons leurs repas avec le fameux çai pour finir. Nous posons notre tente en compagnie des deux chiens du camp qui semblent nous avoir adoptés ! D'ailleurs, ils nous accompagneront sur les 2 kilomètres qui nous séparent de la ville où nous allons faire quelques commissions. 


Nous reviendrons de la ville avec un seul chien que l'on appellera « Köpek » (chien en Turc) et qui nous suivra partout jusqu'à notre départ !


Cette nouvelle pause nous permet de nous pencher plus précisément sur notre itinéraire en Turquie et après moults réflexions, notre itinéraire en Turquie va de nouveau être modifié ! C'est ça la beauté du voyage, c'est de ne jamais savoir ce que l'avenir nous réserve ! Nous prévoyons donc de prendre le bus à Istanbul afin de rejoindre la Cappadoce, et de poursuivre en vélo depuis là. Le pays étant trop immense, et l'hiver arrivant à grand pas, nous devons franchir la frontière Iranienne avant le mois de Novembre si on ne veut pas finir givré (enfin ça c'est peut-être déjà le cas) !


Durant notre séjour à Durusu, nous sommes invités de nombreuses fois à venir partager la çai et le deuxième soir,c'est en compagnie de toute la famille que nous nous retrouvons. 


Photos souvenirs, prise de contacts facebook, et superbe soirée où les çai s’enchaîneront !


Après un bon petit déjeuner, nous pensions lever le camp assez rapidement mais nous sommes de nouveau invités par les deux enfants des proprios, qui ont veillé sur nous cette nuit depuis leur hamac. Nous nous retrouvons donc à manger une énorme omelette avec pain, bûrek, fromage, tomates, çai. Notre ventre est prêt à exploser quand nous leur disons au revoir. « Köpek » n'est pas de cet avis là et nous suit jusqu'à l'embranchement de l'autoroute.
Cette dernière par contre présente un trafic dense composé uniquement de camions qui nous doublent en gros toutes les 10 secondes. 


Nous bifurquons sur une route comme on les aime et nous pouvons apercevoir pourquoi il y a tant de camions sur cette route. Un échangeur autoroutier monstrueux est en train de sortir de terre, quitte à raser toutes les forêts aux alentours... 


En parlant de forêt, nous rentrons dans celle de Belgrade, au Nord d'Istanbul, lieu de rencontre de nombreux Stambouliotes le week-end et c'est de nouveau dans un Piknik Alani que nous posons notre tente !

Changement de décor, alors que ces derniers jours nous avons traversé de petits villages sans trop d'infrastructures, nous entrons sans aucune transition dans la modernité, quel choc. Nous voilà dans la périphérie d'Istanbul, ville de 13 millions d'habitants !
Nous atteignons les rives du Bosphore avec son trafic maritime impressionnant après plus de 3 mois de vélo. 


Nous sommes fiers de nous mais la route est encore longue jusqu'en Mongolie. Pour l'heure, place à Istanbul où nous resterons 10 jours mais ceci est une autre histoire !




19 commentaires:

  1. Ah cest bon de vous suivre les enfants (:)) on se marre, ne dit on pas que les chiens ne font pas des chats, zetes comme vos parents cyclos , vs changez diti souvent, c'est super chouette rien de figer, place à l aventure, zetes geniaux, big biz ou devant mon verre d ouzo au son des chants grecs ds petit troquet super !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol merci du commentaire les parents; et oui notre itinéraire va encore changer. Nous venons de croiser un cyclo Iranien qui nous a dit que nous arrivons pile poil dans la bonne saison pour rouler dans son pays et qu'il ne fallait pas avoir peur du froid!!! Un petit conseil pour le bus à istanbul. Compagnie Kamilcoc pour 60 LT jusqu'à Göreme. Nous l'avons pris d'une bus station sur le continent Asiatique. La il faut négocier du pour mettre son vélo dans la soute car ce n'est pas directement dans le gros bus que vous le mettez mais bien dans un minibus et en fonction de son remplissage ils peuvent ne pas accepter. Heureusement notre Warmshower a pu négocier ferme pour nous. Le premier est rentré diffcilement dans la soute arrière avec tous les bagages et le deuxième dans le deuxième mini bus. Après 0 la station où vous prenez enfin le gros bus, il faut vite se dépécher pour prendre la place d'une soute entière pour mettre les vélos soi-même et les bagages!! C'est toute une aventure!! mais heureusement nos amis étaient la pour nous aider!! Bus avec wifi et possibilité de recharger par USB!! Le pied! Arrêt tous les 3h avec lumières et musique à fond!! Arrivé à Nevshehir pour reprendre un autre bus, alors il faut tout decharger et recharger tout ça à 6h du mat difficile!! Mais faisable!!

      Supprimer
  2. Bigre, vous vous mettez à écrire des articles (presque) aussi longs que les nôtres, c'est bien les enfants !
    D'ailleurs on est à la bourre, comme d'habitude, sur notre bmog, on va essayer de se mettre à jour ce weekend. En tout cas avant la Turquie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est désolé on a pas pu lire tous vos articles car des amis sont venus nous rejoindre en cappadocce mais promis on va s'y mettre!! La cappadocce c'est trop beau, il n'y a pas de mots pour vous la décrire! 5 jours sont nécessaire pour tout visiter, rando à gogo!!

      Supprimer
  3. Coucou! vous en faites des tartines mais on ne s'en lasse pas, ça donne toujours envie de parcourir les pays que vous décrivez. Profitez bien de vos vacances à Istanbul et des loustiks qui vous rejoignent! Gros Bisous++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que les articles deviennent de plus en plus longs mais avec toutes ses anecdotes, c'est difficile de tout résumer!! Les vacances avec les loustiks se passent à merveille!! On se demande si on arrivera encore à pédaler après!!
      Gros bisous et bon anniversaire Yann!!!

      Supprimer
  4. Salut les touristes !!
    C'est toujours aussi sympa de suivre votre périple, vous entrez en Asie, alors à l'asie doucement et sûrement... ;>)
    Bisous et A+
    Régine et Gilles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca y est oui, nous sommes en Asie pour notre première fois!! En direct de Cappadocce mais nous avons l'impression d'être en France tellement il y a de touristes français!! lol! Nan franchement après l'agitation perpétuelle d'Istanbul, nous voici au calme avec des grandes étendues et des paysages à couper le souffle en Cappadocce!
      Nan sans blague, si vous n'êtes jamais allés en Turquie, ce pays est tellement beau!!Merci de votre fidélité!!
      Ciao

      Supprimer
  5. Bisous a vous deux et surtout bon anniversaire à notre super cycliste on est très fier de vous deux on boit un verre a ta santé ma bichette bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! On a aussi trinqué (évidemment!) en compagnie des amis qui sont venus nous rejoindre pour les vacances! C'est cool de se retrouver! On a vu des photos du baptême, elles sont belles (même celles où vous faîtes la grimace!)! Gros bisous!! David et Marie.

      Supprimer
  6. Bonjour,
    Nous suivons toujours avec passion vos aventures! Joyeux anniversaire à Marie avec un jour de retard !!!!
    Gros Bisous
    Pascal et Karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour votre pensée pour mon anniv et merci de nous suivre assidûment!! Gros bisous!! David et Marie.

      Supprimer
  7. merci pour vos news, c'est cool de savoir que tt va bien.
    j'ai beaucoup aimé aller en turquie aussi, ils st très accueillants.
    je pense souvent à vous
    profitez de toutes ces rencontres et paysages
    gros bisous à vous 2
    malika

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Malika!! Ca fait plaisir d'avoir de tes nouvelles!! J'espère que tout se passe bien pour vous et je pense que votre grand voyage se précise aussi! Je pense aussi souvent à vous les collègues! Effectivement, on se plaît beaucoup en Turquie, des beaux paysages mais surtout des belles rencontres! Gros bisous!! David et Marie.

      Supprimer
  8. Bon anniversaire Marie. Nous avons oublié, mais vous avez oublié celui de Joël le lendemain, alors on est quitte !
    Et puis, à voyager comme ça tout le temps, on finit par ne plus savoir quel jour on vit. Tant mieux.
    Bises, on vous suit, arrivée prévue à Istambul la semaine prochaine. Par ferry, pour éviter le cauchemar aumomobilesque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous, nos cyclos préférés!! Et bon anniv à Joël également! Désolé, on ne connaissait pas sa date d'anniv... maintenant, je ne risque plus de l'oublier! Je suppose que vous avez bien fêté ça! On espère que votre arrivée en Turquie se passe pour le mieux! Le colis "retour" de Croatie a bien été réceptionné par mes parents! Gros bisous!! David et Marie.

      Supprimer
  9. Bon anniversaire Marie. J'étais à Lyon en début de semaine et nous avons zappé ton anniversaire. Excuse-nous. Nous te faisons des gros bisous.
    Louis et Armelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci!! Pas de soucis pour le retard! Profitez bien de l'été indien en Bretagne, David m'a dit que vous vous baignez encore! Ici aujourd'hui, c'est plutôt crachin breton, le comble! Alors, on en profite pour se reposer! Gros bisous!!

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer

Cliquez ici pour ajouter votre commentaire